• LE SYMBOLISME

    Le Passe-Partout

    L'antonyme littéral du «symbolique» est le «diabolique», ce qui divise (du Grec diaballein, de dia- à travers, et -ballein jeter, jeter à travers, c'est-à-dire diviser, disperser, par extension rendre confus).

    Le diabolique est donc l'apparence trompeuse. Ce qui est trompeur, et fait croire à la cassure et relève de l'illusion des sens, ce qui divise.

    Tandis que  le «symbolique» (le mot «symbole» est issu du grec ancien  sumbolon [σύμβολον], qui dérive du verbe sumbalein [symballein] de syn-, avec, et -ballein, jeter) signifiant «mettre ensemble», «joindre», «comparer», «échanger», «se rencontrer», «expliquer», autrement-dit : c'est ce qui rapproche, reconstitue l'unité ou la totalité originelle, tout en dévoilant du sens.

    Le symbole est donc une clef qui ouvre un passage, qui jette un pont entre les mondes, c'est le ségnifiant qui unit les signifiés aux significateurs, et qui les relie; et c'est donc, au sens propre, le support et le vecteur d'un acte sacré, car révélateur, et d'une fontion religieuse, puisque illuminatrice. (Cf. source wikipédia).